Les derniers billets publiés sur le blog

Prix du Livre Optimiste 2016

Prix-du-livre-OptimistePour combattre le pessimisme ambiant et renforcer l'attitude mentale positive, la Ligue des Optimistes de France a choisi d'encourager une vision positive du monde en créant le Prix du Livre Optimiste.

Le 5ème Prix du Livre Optimiste récompensera l'ouvrage d'un auteur francophone publié au cours de l'année écoulée (2015 - 2016) parmi une dizaine de livres sélectionnés pour leur approche constructive :
- "La Magie du matin" de Isalou Beaudet-Regen (Leduc)
- "Contes à gratter pour découvrir la richesse de la vie" de Malek Boukerchi (Jouvence)
- "Oui, la France est un paradis pour entrepreneurs" de Fabrice Cavaretta (PLON)
- "Heureux comme un français en France" de Yves Deloison (Presses de la Cité)
- "Le pépin et les pépites. Comment faire du burn-out une chance ?" de Nadia Guyni (La Providence)
- "Les entreprises humanistes" de Jacques Lecomte (Les Arènes)
- "Réussir sa vie au quotidien" de Catherine Salomon (Edilivre)
- "Je veux croire au soleil" de Jacques Sémelin (Les Arènes)
- "Du plaisir d'être soi" de Sophie Peters (François Bourin)

Présentation des premiers ouvrages sélectionnés :

La-magie-du-matin- « La Magie du matin » de Isalou Beaudet-Regen (Leduc)
Révolutionnez votre vie en vous levant simplement une heure plus tôt !
Faites-vous partie de ceux qui se disent : « Je n'ai jamais assez de temps pour moi » en rêvant d'une 25ème heure ?
Isalou Beaudet-Regen vous propose la solution miracle avec un geste simple : avancer son réveil d'une heure et retrouver un vrai temps pour soi. Cet espace libéré permet de retrouver sa véritable motivation : que ce soit de faire du sport, de se poser, d'apprendre à méditer, se cultiver... C'est aussi le moment pour formuler clairement ses désirs et réaliser enfin les petits et grands projets qui nous tiennent à coeur.
Témoignages, interviews, enquête, outils, méthodes, astuces... Vous trouverez dans La Magie du matin tous les ingrédients nécessaires pour vous transformer en « morningophile » :
- Toutes les clés pour enclencher cette nouvelle habitude,
- Des programmes de routines matinales adaptés pour chacun : salariés, auto-entrepreneurs, étudiants, seniors, jeunes mamans...
- De nombreuses interviews de personnalités qui se lèvent tôt : Christophe André, Michel Cymes, Chantal Jouanno, Christine Lewicki...

Contes-a-gratter- « Contes à gratter pour découvrir la richesse de la vie » de Malek Boukerchi (Jouvence)
Dans cet ouvrage sont réunies des histoires véhiculées oralement de par le monde et les générations.
Leurs chutes sont des trésors de sagesse, de véritables leçons de vie.
Oserez-vous les découvrir ?
Le voyage : des contes ou paraboles, à lire et méditer ;
L'auteur : Malek A. Boukerchi, guetteur de rêves et conteur hors pair ;
La destination : des portes à ouvrir pour accéder à la sagesse ;
La condition : accepter d'être mis à contribution en vous posant des questions et en grattant (littéralement !) les encadrés grisés renfermant des trésors capables de vous transformer.
Vous en ressortirez confiants, aimants, et grandis !
À noter que les Éditions Jouvence proposent de nombreux ouvrages permettant de cultiver son optimisme au quotidien, par exemple : Petit cahier d'exercices pour cultiver sa joie de vivre au quotidien, Petit cahier d'exercices de psychologie positive, Petit cahier d'exercices pour développer un mental de gagnant, Je positive 2.0, etc. Une véritable mine d'or !

- « Oui, la France est un paradis pour entrepreneurs » de Fabrice Cavaretta (PLON) a été présenté dans une précédente Lettr'Optimiste : à retrouver ICI

- « Heureux comme un français en France » de Yves Deloison (Presses de la Cité) a été présenté dans deux précédentes Lettr'Optimiste : à retrouver ICI et aussi LÀ.

Les autres ouvrages sélectionnés pour le Prix du Livre Optimiste seront présentés dans les prochaines Lettr'Optimiste.

Le 5ème Prix du Livre Optimiste sera remis le 25 août 2016 lors de l'Université Hommes-Entreprises du CECA dans le cadre prestigieux du Chateau Smith Haut Lafitte, au cœur du vignoble bordelais.
Programme et inscription ici : universitehommes-entreprises.com/universite-2016

Prochains Événements Optimistes :

Dîner des optimistes le 1er juillet à Aix-en-Provence
Pour notre prochaine édition du Diner des Optimistes, Laurent Jupin, conférencier et magicien, nous fera découvrir l'optimisme sous un jour ludique... Ou comment joindre l'utile au merveilleux !
Laissons-le nous présenter lui-même son intervention et nous mettre en appétit : youtu.be/ivrnPdO6_4I
Son intervention se déroulera sous le chapiteau du Centre International des Arts en Mouvements, école de formation pour les professionnels du cirque, où nous serons régalés par notre traiteur optimiste : Chez Bern's.
Participation : 35 € par personne
Alors venez fêter avec nous l'ouverture de la saison estivale !
Pour vous inscrire, c'est par ici : www.lepotcommun.fr/billet/04wo2ecz
Au plaisir de vous retrouver nombreux.

Dîner des Optimistes à La Rochelle le 7 juillet autour du thème « Optimisme et chance ».
Pourquoi les optimistes ont-ils plus de chance que les autres ? Durant cette soirée, nous partagerons quelques-unes de nos histoires d'optimisme et de chance.
Modalités pratiques :
- Quand : le jeudi 7 juillet à partir de 19h30
- Où : à La Brasserie des Dames (1er étage), cours des Dames à La Rochelle
- Au programme : apéritif pour faire connaissance, dîner convivial, animations optimistes, etc.
- Participation : 32€ par personne, comprenant le repas (apéritif, entrée, plat, dessert, eau, vin, café) et les animations.
Attention, le nombre de places est limité à 70 personnes. Réservez vite.
- Réservation indispensable ici :
docs.google.com/forms/d/1zT6cyhW5wFG3F6KqG9_L26UPgNbOQF_NNQ0h0T2sZFk/viewform
Inscrivez-vous vite (seul, en couple, entre amis) à ce dîner qui s'annonce déjà formidable...
Nous espérons vivement vous y retrouver !

PS : Soutenez notre mouvement en adhérant à Ligue des Optimistes de France (cliquez ici pour voir comment faire)

6 bonnes raisons de relayer les bonnes nouvelles

GoodNewsVous le savez, la surabondance de dépêches négatives oriente subrepticement notre état mental vers le pessimisme. Pourtant, chaque jour, nous nous laissons aller à lire ces dizaines "d'informations catastrophes".
Les bonnes nouvelles marchent et les mauvaises courent. Changeons ça !

1. Rééquilibrer l'information
Parcourez votre média préféré et constatez : les informations négatives sont bien plus nombreuses. Relayer les informations positives autour de soi, c'est ré-équilibrer les faits. Car statistiquement les bonnes nouvelles sont plus nombreuses.
Partagez-le meilleur et contrecarrez les conséquences néfastes d'un surplus de négatif dans les médias.

2. Prouver que l'information positive peut être prise au sérieux
L'amalgame information positive = légèreté est souvent fait. Pourtant, les bonnes nouvelles dépassent le cadre du simple divertissement. Citons par exemple le domaine de la santé, de la recherche, de l'innovation.
Dans tous les domaines, des progrès et des découvertes sont faits chaque jour. L'optimisme peut être de rigueur.

3. Donner de la visibilité aux bonnes causes
Une multitude de gens se regroupent, forment des collectifs, des associations, montent des projets, sauvent des vies, répandent amour et bonne humeur... Beaucoup agissent en silence et dans l'ombre.
Notre rôle n'est-il pas alors de rendre hommage à ces initiatives afin d'encourager les générations d'aujourd'hui et de demain à suivre le mouvement ?

4. Relativiser les événements
Les médias négatifs et les images violentes ont un impact indéniable sur notre moral. L'information est souvent diffusée brutalement et pollue inconsciemment notre mental.
L'actualité positive favorise le travail de relativisation. Cela permet de resituer un événement "catastrophique" parmi d'autres positifs et ainsi de le remettre à un juste niveau. L'information négative joue sur l'émotionnel, plus vous parlerez des problèmes, moins vous trouverez de solutions.

5. Etre source d'inspiration
En donnant l'exemple, les bonnes nouvelles incitent le lecteur à capitaliser sur ses propres ressources afin d'être acteur du changement. L'information positive permet d'ouvrir le chemin des possibles.
Là où l'information négative envoie le message « tout est perdu », l'information positive envoie celui de « tout est possible ».

6. Militer pour le meilleur
On est bien d'accord. Il ne s'agit pas de devenir aveugle. Ne nions pas la réalité qui peut être parfois bouleversante. Des événements tragiques arrivent tous les jours.
Mais renouer avec une forme d'optimisme à l'égard de la nature humaine permet d'aller de l'avant.
Partager de bonnes nouvelles, c'est  combattre le pessimisme ambiant dans lequel notre société s'est empêtrée depuis des années.
Alors, prêt à être acteur du changement ? Partagez le meilleur de l'actualité !

Source : www.loptimisme.com/3-bonnes-raisons-de-relayer-les-bonnes-nouvelles/

Prochains Événements Optimistes :

Dîner des optimistes le 1er juillet à Aix-en-Provence
Pour notre prochaine édition du Diner des Optimistes, Laurent Jupin, conférencier et magicien, nous fera découvrir l'optimisme sous un jour ludique... Ou comment joindre l'utile au merveilleux !
Laissons-le nous présenter lui-même son intervention et nous mettre en appétit : youtu.be/ivrnPdO6_4I
Son intervention se déroulera sous le chapiteau du Centre International des Arts en Mouvements, école de formation pour les professionnels du cirque, où nous serons régalés par notre traiteur optimiste : Chez Bern's.
Participation : 35 € par personne
Alors venez fêter avec nous l'ouverture de la saison estivale !
Pour vous inscrire, c'est par ici : www.lepotcommun.fr/billet/04wo2ecz
Au plaisir de vous retrouver nombreux.

Dîner des Optimistes à La Rochelle le 7 juillet autour du thème « Optimisme et chance ».
Pourquoi les optimistes ont-ils plus de chance que les autres ? Durant cette soirée, nous partagerons quelques-unes de nos histoires d'optimisme et de chance.
Modalités pratiques :
- Quand : le jeudi 7 juillet à partir de 19h30
- Où : à La Brasserie des Dames (1er étage), cours des Dames à La Rochelle
- Au programme : apéritif pour faire connaissance, dîner convivial, animations optimistes, etc.
- Participation : 32€ par personne, comprenant le repas (apéritif, entrée, plat, dessert, eau, vin, café) et les animations.
Attention, le nombre de places est limité à 70 personnes. Réservez vite.
- Réservation indispensable ici : goo.gl/forms/jQLVMerTbbQr04H82
Inscrivez-vous vite (seul, en couple, entre amis) à ce dîner qui s'annonce déjà formidable...
Nous espérons vivement vous y retrouver !

PS : Soutenez notre mouvement en adhérant à Ligue des Optimistes de France (cliquez ici pour voir comment faire)

Médias et informations négatives : une vision déformée du monde

MediasEn plus des médias classiques - journaux ou télévision - le web est un puissant diffuseur de mauvaises nouvelles que nous partageons en un clic avec nos amis, parfois avec la fierté de leur apprendre ce qu'ils ignoraient encore.
Aussi, éprouvons-nous un malin plaisir à détenir en avant-première le fait divers du jour et à en être le rapporteur auprès des autres. Dans cet univers ultra connecté, la propagation de la négativité via les canaux d'informations va bon train. Analyse.

Le malheur fait vendre
Les médias l'ont bien compris : pour vendre et faire de l'audimat, il faut toucher là où ça fait mal !
En jouant sur la corde sensible, on accroche et on captive.
Cette corde, ce sont toutes les émotions négatives ancestrales qui façonnent l'instinct de survie humain : si je suis au courant, je peux me protéger si cela m'arrive. Ainsi, on lit cette information qui joue sur notre peur qui réveille bien des réflexes tels que la fuite, l'abandon, la révolte, le désespoir.

La course au buzz et au sensationnalisme a encore de beaux jours devant elle
Le « croustillant », le sordide et le macabre restent appétissants pour le plus grand nombre d'entre nous. En cause ? Notre sempiternel attrait pour le glauque et le hard qui nous fait tanguer entre deux émois antagonistes :

  • la souffrance et l'indignation pour la misère d'autrui qui s'opposent à
  • la satisfaction et à la joie de ne pas être dans cette situation. Nous sommes rassurés d'être finalement « mieux loti » que notre prochain.

lire plus...

Université Hommes-Entreprises les 25 et 26 août 2016

L'Université Hommes-Entreprises est devenue un évènement incontournable de la rentrée, rassemblant fin août, sur le superbe site du chateau Smith Haut Lafitte à Martillac en Gironde, plus de 600 décideurs, issus de plus de 150 entreprises, collectivités, associations professionnelles et grandes écoles, pour réfléchir ensemble aux grands défis de notre époque.
Le but de cette Université est de rappeler que valoriser le capital humain, c'est valoriser l'entreprise.

Le thème de l'édition 2016 : « Acteur du changement, maître de son destin »

« Je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme » écrivait en 1875 l'écrivain britannique William Henley.
Ce poème, « Invictus » a été immortalisé à l'écran par le beau film de Clint Eastwood, inspirant Nelson Mandela durant ses 27 longues années de captivité dans les geôles sud-africaines, et qui lui a permis de transformer radicalement son pays, l'Afrique du Sud.

Ce que les spectateurs du film ne savent probablement pas, c'est l'origine du poème : Wiliam Henley a écrit ce texte sur son lit d'hôpital, à la suite d'une amputation du pied.
Henley et Nelson Mandela nous font tous les deux prendre conscience que l'adversité nous touche tous de façon imprévisible  et qu'il ne tient qu'à nous de relever le défi, aussi difficile soit-il.

Cette année, l'Université Hommes-Entreprises va donc poser la question du destin, à la fois sur le plan personnel, de l'entreprise et de la nation. C'est pourquoi le thème de cette 22ème Université Hommes-Entreprises sera : « Acteur du changement, maître de son destin », les jeudi 25 et vendredi 26 août 2016 au château Smith Haut Lafitte, près de Bordeaux. lire plus...

Il y a tant dans le monde pour chacun de nous…

Fleurs"Il y a tant dans le monde pour chacun de nous, si seulement nous avons des yeux pour voir, un cœur pour aimer et les mains pour accueillir ce qui s'offre à nous."
Lucy Maud Montgomery

Devant les événements qui vous semblent difficiles, apprenez à vous détacher, à prendre du recul ; au lieu de vous y plonger, mettez-les en perspective : prenez conscience de ce qui vous entoure, de l'espace qui reste pour y être heureux.

Observez ce qui est positif autour de vous:
- L'eau de la douche qui coule sur votre corps et vous réveille doucement le matin ou vous nettoie de la fatigue de la journée,
- La chaleur de votre lit en vous couchant ou en vous réveillant,
- Les odeurs et saveurs de votre petit-déjeuner,
- Votre chanson préférée à la radio,
- La grâce du chat qui traverse la rue,
- Le soleil qui perce derrière les nuages ou vous baigne tout entier de sa douceur,
- Le « bonjour » de votre collègue,
- Le vol en formation d'oiseaux haut dans le ciel,
- Les cris joyeux des enfants dans la cour de récréation...

lire plus...

La France a besoin de renouer avec les vertus de l’optimisme

smileyChômage, insécurité, terrorisme, montée des extrémismes... Devant les épreuves auxquelles la France doit faire face, optons pour le camp des optimistes. La différence fondamentale entre les pessimistes et les optimistes est qu'ils n'ont pas le même rapport à l'espace et au temps. Pour les premiers, face à une épreuve, rien n'ira jamais mieux : "C'est foutu, c'est toujours la même chose, à quoi bon ?" Pour les optimistes, si ça ne marche pas aujourd'hui on réessaiera demain, si ce dossier n'avance pas on en ouvrira un autre.

Cette approche optimiste peut paraître provocante. Pourtant, à y regarder de près, elle est la plus raisonnable.Il nous faut donc casser ce cliché que l'optimisme est fait pour quand ça va bien. Dans ce cas, vous pouvez même avoir des états d'âme. C'est face aux difficultés qu'il convient impérativement de mobiliser des énergies positives. Entendons-nous bien. Nous ne sommes pas favorables à un optimisme béat. Ceux qui s'y adonnent sont, à nos yeux, des extrémistes de l'optimisme. Nous ne voyons pas le monde plus beau qu'il n'est.

Nous n'ignorons rien des crises et des galères mais nous ne voulons pas, comme le lapin pris dans les phares, être seulement obsédés par ce qui est moche, triste, effrayant. Nous entendons aussi orienter notre regard vers ce qui est beau, positif, ce qui fonctionne, crée de l'espoir. Nous voulons valoriser les initiatives qui montent chaque jour du terrain, les traceurs, les innovateurs, les entrepreneurs, « les faiseux plus que les diseux » comme le dit Alexandre Jardin. Ceux qui apportent des solutions au lieu de créer des problèmes.

Nous avons constaté depuis longtemps que la défiance, la sinistrose, la morosité ne sont pas favorables à la consommation, l'investissement, l'emploi.
Nous savons aujourd'hui, avec le progrès des recherches sur le cerveau, que le pessimisme n'est pas bon non plus pour notre santé et que nous avons en nous les ressources naturelles pour aller bien. Cela nous invite à fuir les émotions négatives, la tristesse, la culpabilité, la peur, à ne pas nous enfermer dans les trois grands travers humains, très en vogue en France, que sont l'exagération des risques et des souffrances, la victimisation, la recherche de boucs émissaires. Cela n'est pas toujours la faute des autres ou au "pas de bol". Il n'y a pas de chance, seulement du rythme. Ceux qui ont prétendument de la chance prennent simplement plus d'initiatives que les autres, libèrent de l'énergie, trouvent plus facilement l'âme sœur, le job ou l'appartement. La montée d'adrénaline comme un signal peut être salutaire. Cela n'est pas pour rien que cette hormone est qualifiée d'hormone de la fuite ou de la lutte. Dans notre cerveau reptilien, il y a le souvenir de l'homme des cavernes qui, à la moindre alerte, devait décider très vite de faire face ou de s'enfuir. Mais il faut en sortir rapidement faute de quoi c'est la mauvaise humeur ou, pire, la dépression voire l'AVC. Il en est de même pour nos peurs. Elles sont naturelles, nous rassemblent, nous rapprochent de ceux qui sont vraiment dans la difficulté. Néanmoins écoutons ceux qui ont affronté les pires épreuves. Ils ne se livrent pas à la victimisation, ne cherchent pas de boucs émissaires mais se battent pour s'en sortir. Et relativisons en nous demandant ce que valent, le plus souvent, nos contrariétés et nos petites misères. lire plus...

Votre cerveau : du Velcro pour le négatif ou pour le positif ?

RickHansonSelon le neuropsychologue Rick Hanson, auteur du livre Hardwiring Happiness, notre cerveau est conçu pour détecter tout ce qu'il y a de négatif. Comme il le dit si bien, notre cerveau est comme une bande Velcro pour les expériences négatives, et il est recouvert de Téflon face aux expériences positives. Ce « biais négatif » fait en sorte que notre cerveau réagit intensément aux mauvaises nouvelles, comparativement à sa façon de réagir aux bonnes nouvelles.

Un des effets pervers de ce « biais négatif » est de créer de mauvais souvenirs qui sont plus intenses que nos bons souvenirs, mais heureusement, nous pouvons intervenir consciemment en prenant le temps de nous attarder sur les moments positifs dans notre vie, même les plus petits.

«Les gens ont tendance à ignorer la puissance cachée des expériences de la vie quotidienne, a confié Hanson au Huffington Post. Nous sommes bombardés d'opportunités de toutes sortes, 10 secondes par-ci, 20 secondes par-là, et il devient plus difficile de toutes les remarquer et apprendre de celles-ci. Les gens devraient apprendre à le faire plus souvent.»

Choisissez la pleine conscience.
Voici 16 façons que nous donne l'auteur pour observer ou créer une expérience positive :
- OBSERVER une expérience positive qui est déjà présente :
1. En premier plan de votre conscience
2. Dans l'arrière plan de votre conscience lire plus...

Se plaindre rend malade

CalimeroUne recherche révèle que se plaindre vous rend littéralement malade et vous tue à petit feu

Tout le monde se plaint à un moment ou un autre, mais jusqu'à quel point la plainte est-elle bonne pour la santé ?
On pourrait la considérer comme une simple décharge de frustration et la justifier comme un moyen nécessaire pour rester sain d'esprit.

Une personne moyenne se plaint au moins une fois par minute au cours d'une conversation.
Etant donné que nous faisons tous l'expérience de la négativité ou de situations non désirées dans notre vie, c'est un terrain sur lequel nous pouvons tous nous identifier.
En fin de compte, rien ne change vraiment grâce à nos plaintes ou tous les sentiments et pensées négatifs que nous dissipons et qui finissent par nous affaiblir.
Axés à l'origine sur le négatif comme un moyen de survie, nous aurions tendance à être plus en accord avec ce que nous ne voulons pas ou apprécier de le changer (d'y apporter un changement). Plus nous posons notre regard sur quelque chose qui peut être blessant, plus nous sommes programmés pour être sur nos gardes.

Se plaindre est une façon de reconnaître un problème sans essayer de le régler. Cela alimente le problème avec plus d'énergie et crée plus de stress. Les plaintes sont à égalité avec le tabagisme lorsqu'il s'agit de notre système de soins de santé.
Le stress causé par le fait de se plaindre endommage constamment les neurones dans l'hippocampe et altère sa capacité à créer de nouveaux neurones ou des chemins neuronaux. L'hippocampe est la partie du cerveau utilisée pour résoudre les problèmes et le fonctionnement cognitif.

Lorsque vous écoutez quelqu'un d'autre se plaindre cela vous affecte de la même manière que si c'était vous-même qui vous plaigniez. Voici quelques façons de limiter les effets de la plainte. lire plus...

Oui, la France est un paradis pour entrepreneurs

La France peut être un vrai paradis pour les entrepreneurs. Tel est le constat fait par Fabrice Cavarretta, professeur associé au département Management de l'Essec Business School. Dans son ouvrage "Oui, La France est un paradis pour les entrepreneurs" (Plon), le professeur de la prestigieuse école de commerce veut en finir avec le french bashing en montrant que les succès français ne relèvent pas d'un héroïsme individuel, mais bien de la solidité de notre écosystème. 

- Les Echos : La France est-elle un paradis pour entrepreneurs ?
- La France a créé un très bon environnement. L'Etat y joue un rôle important, comme, par exemple, dans l'écosystème high-tech. Que ce soit en Californie, en Israël ou en France, l'écosystème high-tech est partout lié à des dépenses militaires. La marque France possède aussi un certain nombre d'arguments. Elle se vend plutôt bien à l'étranger. Enfin, les facteurs humains sont favorables. Nos jeunes sont bien formés. Et même s'ils nous paraissent chers, dans le fond, ils sont moins chers qu'aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, et ils sont très efficaces.
La France dispose, également, d'un choix de clusters d'excellence parmi le plus grand du monde, qui va de la high-tech au luxe, en passant par le tourisme, l'agroalimentaire et l'énergie. Combien de pays ont à la fois un secteur électrique, pétrolier et nucléaire ?

Toutefois, une précision. La France est un paradis pour entrepreneurs d'opportunités, c'est-à-dire ceux qui sont bien formés et veulent faire grandir leur entreprise.
Je ne dirai pas la même chose pour l'autre catégorie d'entrepreneurs que l'on appelle de nécessité, même si je ne crois pas que ce soit un enfer. Mais ces entrepreneurs profitent moins des potentialités.

- Le made in France est-il un avantage compétitif ?
- La France conserve une force d'imposition au monde disproportionnée par rapport à sa population de 60 millions d'habitants. Le monde nous reconnaît une expérience et un savoir-faire dans les services, l'ingénierie, l'agroalimentaire, certains secteurs de la high-tech... Un entrepreneur doit savoir en exploiter le potentiel, soit en amont dans la production soit en aval sur la marque. Si je prends l'exemple de l'agroalimentaire, quand les Chinois ont eu des problèmes de lait frelaté, ils sont venus en France pour apprendre comment réguler efficacement leur filière lait. Et ils ont acheté des laiteries françaises. lire plus...

Heureux comme un Français en France

HeureuxEn complément à la Lettr'Optimiste du 7 février ("Contre les sirènes du déclin"), voici l'interview d'Yves Deloison, auteur de l'ouvrage "Heureux comme un Français en France" aux éditions Presses de la Cité, par les auteurs du site FranchementBien.fr

- FranchementBien.fr : Pouvez-vous nous présenter votre ouvrage « Heureux comme un Français en France » et ce qui vous a motivé pour l'écrire ?
- Yves Deloison : Le sous-titre du livre « Pour en finir avec les râleurs, les dénigreurs, les pessimistes et les déclinistes » donne le ton. J'en ai assez d'entendre la même rengaine du catastrophisme depuis des années. Rendez-vous compte qu'en 1987, le magazine Le Point titrait déjà « Le déclin de la France ».
Certes, le taux de chômage ou les finances publiques sont des motifs d'inquiétude. Mais aujourd'hui, il n'y a plus de place que pour les « déclinologues » et les médias font de la surenchère. Le "french bashing" porte tellement ses fruits que le moral du pays est gravement atteint. Et les Français eux-mêmes se font le porte-voix du pessimisme véhiculé par les élites. Chacun y va de son qualificatif : assistés, râleurs, égocentriques...
Quant à notre système, il serait coupable de freiner la réussite, la créativité, l'esprit d'entreprise et pousse les Français à déserter le pays.
Plutôt que de se laisser plomber par la dépression collective et pour en finir avec nos névroses hexagonales, j'ai mis à l'épreuve les stéréotypes et préjugés à l'égard de notre pays et de nous-mêmes. lire plus...

Découvrez la Ligue des Optimistes de France (cliquez ici)

La Ligue des Optimistes de France est une association qui s'est donné pour mission de promouvoir l'optimisme et l'enthousiasme dans tous les domaines de la vie, privée ou publique, économique, culturelle ou sociale. L'optimisme est une attitude mentale qui aide à appréhender la vie d'une manière positive et active, autour de quelques convictions fondamentales :

  • Le monde à venir est fait avant tout de possibles favorables et d'opportunités à saisir
  • Face à tout problème, l'intelligence créatrice des hommes trouvera toujours une solution
  • En toutes circonstances, l'utilisation de nos forces ouvre davantage de possibilités que la lutte contre nos faiblesses
  • Face à l'inconnu, on a toujours le contrôle sur quelque chose, ne serait-ce que sur nos propres pensées.

Si vous partagez ces valeurs, rejoignez-nous.
France Roque, présidente

Déjà adhérent ?
Entrez sur votre site privé :

.


Rejoignez nous sur les réseaux sociaux

s2Member®