Les derniers billets publiés sur le blog

Mortelle nostalgie

Nostalpar Jacques Attali

À regarder les émissions de télévision à succès, comme à lire les prix littéraires de cette année, on a le sentiment qu’une immense nostalgie s’est emparée de la France : on aime nos rois, nos reines, nos combats, même perdus, nos musées et nos châteaux. Cet engouement dit : « Tout était mieux avant».

Ce sentiment, qu’on peut comprendre chez ceux qui se pensent dans l’hiver de leur vie, prend un tout autre sens chez les plus jeunes, révélant un grand pessimisme sur l’avenir. Il conduit à penser que, puisque rien ne peut, dans l’avenir, être mieux que le passé, tout projet de vie doit se concentrer sur la restauration de la grandeur antérieure, ou au moins sur la conservation des avantages acquis et au refus de tout risque et de toute innovation.
…/…

Le passé est une source d’inspiration, une nourriture de l’imaginaire, un fondement de l’identité sans cesse en devenir ; mais il n’est jamais un avenir.
S’y enfermer conduirait à la tragédie, d’abord pour les autres, puis pour soi-même. Si les anciennes grandes puissances continuent de rêver ainsi sans imagination, l’avenir appartiendra aux peuples sans nostalgie et aux nations neuves. Cela renforce la prédiction d’un avenir florissant pour le Brésil, l’Inde, le Mexique, l’Indonésie, le Nigeria, l’Éthiopie. Et évidemment, pour les États-Unis, dont l’amnésie est un des moteurs.

lire la suite…

Pourquoi nous aimons surtout les mauvaises nouvelles

JdeRosnaypar Joël de Rosnay

Les médias sont régulièrement accusés d’abreuver les masses de nouvelles dramatiques. Mais si nous n’étions pas des consommateurs avides des informations qui font peur, ils cesseraient de les diffuser, au lieu de pratiquer cette surenchère permanente. D’où nous vient cette fascination pour les catastrophes et autres mauvaises nouvelles ? Serions-nous tous des voyeurs morbides ? Cette curiosité malsaine est pourtant indissociable de la nature humaine.

Dans un article, publié sur AgoraVox en 2005, je m’interrogeais sur la « société de mise en scène de la peur » selon l’expression de Michel Serres, qui n’hésitait pas à parler « d’audimat de la mort » en observant que les nouvelles catastrophiques dominaient dans les vingt premières minutes des journaux radio et télé. Les chaînes d’information en continu diffusent en boucle les nouvelles les plus angoissantes et la presse écrite n’y échappe pas. Même chose sur les réseaux sociaux, qui relaient en un temps record les faits divers les plus sordides.

Luc Ferry, quant à lui, parle d’un « audimat de l’indignation » (le Figaro 30 janvier 2013) : « Les démocraties (…) favorisent quatre sentiments puissants qui irradient dans tout le peuple : la colère, la jalousie, la peur, et finalement l’indignation. Parce que ces passions sont les plus faciles et les plus universelles, parce qu’elles animent la « France d’en bas » comme celle « d’en haut », elles sont le premier et principal carburant de l’audimat ».

La peur est un mécanisme utile à la survie de l’espèce
Nous pouvons nous défendre de cette faiblesse ou la juger comme excessive chez certains de nos semblables, mais nous pouvons aussi essayer de comprendre pourquoi nous en avons besoin quasi maladivement.
Selon la théorie de l’évolution, tout ce qui favorise la survie et la reproduction est renforcé et se transmet d’une génération à l’autre. Les êtres vivants (humains, animaux) qui se souviendront des mauvaises expériences et de la manière d’échapper à toutes sortes de périls (catastrophes naturelles, prédateurs, accidents…), auront de meilleures chances d’échapper à la mort. Ils pourront donc contribuer à assurer la survie de l’espèce.

Les faits positifs n’ont pas la même utilité
Il n’est donc pas étonnant que les faits positifs, même lorsqu’ils reçoivent un écho dans le public, soient si vite oubliés : ils n’ont pas la même utilité pour la survie de l’espèce. S’ils suscitent des moments d’émotion parfois intenses, ils ne causent pas de traumatismes dans la mémoire collective comme le ferait une grande frayeur. lire la suite…

Libérez votre potentiel d’optimisme à la Maison du Management

InvitMMLe jeudi 4 décembre, la Maison du Management co-organise un Happy Hour du Management sur le thème « Libérez votre potentiel d’optimisme, cela donnera de l’énergie à tout le monde !», en partenariat avec Christine Cayré (fondatrice d’Affaires d’Optimisme).
Objectifs de la soirée :
– Faire sentir que l’optimisme donne confiance et fait du bien
– Montrer que chacun peut développer son optimisme et inviter à passer à l’action
– Passer un moment joyeux et convivial

Le déroulé :
– 18h15 : « la minute d’optimisme » : chacun dit à son voisin(e) ce qu’il lui inspire de positif chez l’autre
– 18h20 : passation individuelle du questionnaire « Quelle est notre vraie force ? » puis débriefing
– 18h40 : travail en binôme sur une expérience réussie, puis échanges
– 19h : définition par chacun d’un engagement individuel pour passer de l’optimisme dans son organisation, puis tour de table
– 19h20 : tous en scène « Vous vous trouvez dans telle situation managériale difficile. Que faites-vous ? », puis vote pour la meilleure réponse
– 20h : Happy Drinks

Lieu : la Maison du Management, 14 rue des Carmes 75005 Paris à partir de 18h
Participation : 20 € ht
Participation réduite à 10 € ttc pour les adhérents de la Ligue des Optimistes de France.
Réservation : contact@lamaisondumanagement.com

 

« Il y a un conformisme social à être pessimiste »

DrLejoyeuxLe Dr Michel Lejoyeux est professeur de psychiatrie à Paris-VII, directeur des services de psychiatrie et d’addictologie des hôpitaux Bichat et Maison-Blanche. Il vient de publier « Réveillez vos désirs » (Plon).

- LE FIGARO : La capacité à espérer vous semble-t-elle en difficulté aujourd’hui ? Et si oui, pourquoi?

– Michel LEJOYEUX : Il y a, je crois, un conformisme social à être pessimiste. Mais aussi des mécanismes psychologiques: les retombées successives d’informations négatives reprises sans cesse dans les médias, la tendance naturelle à dire plus facilement des choses décourageantes, la plus grande facilité à se remémorer des événements tristes… tout cela finit par éroder nos raisons d’espérer. Et les plus anxieux d’entre nous ont une réelle porosité à ce pessimisme ambiant. Ils s’attendent au pire en permanence, tentant ainsi de le maîtriser, mais, n’amenant aucune solution, ils ne font qu’augmenter leurs hormones du stress, ce qui est toxique. Aujourd’hui, la psychologie moderne montre que seul un mélange de foi, de volonté et d’espérance – des mots qu’employait le général de Gaulle pour motiver les recrues de la France libre – peut réellement changer les choses.

- Quelles sont les conditions d’une telle forme d’optimisme ?

– Il me semble que nous avons, tous, plus d’espoir que nous ne croyons, car celui-ci tient à la force de nos désirs, et notre machine à créer du désir, si nous l’utilisons, ne s’use pas. Cependant, pour pouvoir espérer, trois éléments sont nécessaires: d’abord, il faut se sentir en sécurité ; celui qui est menacé doit d’abord se dégager d’une telle oppression. Ensuite, il faut être avec les autres, l’isolement nourrit généralement peu la capacité à espérer. Enfin, il faut avoir de la mémoire. L’espoir ne se décrète pas dans l’ici et maintenant mais naît du fait qu’ayant fait la paix avec son passé on peut se remémorer ses réussites, ses succès.

- Pourquoi nos désirs sont-ils des clés qui, selon vous, peuvent faire grandir l’espérance en nous ? lire la suite…

L’entrepreneur et l’optimiste croient au pouvoir de la volonté et de l’action

Philippe-GabillietPhilippe Gabilliet répond à Yves Vilaginés dans le journal Les Echos du 19 novembre 2014

L’optimisme est-il inné ou est-ce un état d’esprit acquis ?
Il faut faire une distinction entre la disposition, c’est-à-dire le trait de caractère, et le comportement au quotidien. La posture optimiste tient à trois choses. Face à une réalité ambiguë, l’optimiste regarde en priorité les forces. C’est également un anticipateur positif. Enfin, il affirme une croyance dans le pouvoir de la volonté et de l’action.

Les entrepreneurs sont-ils plus optimistes que les autres ?
Parmi les entrepreneurs, il y a de tout. Je suis incapable de dire s’il existe une personnalité type de l’entrepreneur. Mais, à partir du moment où la réussite est fondée sur la qualité des interactions avec autrui, alors oui on a intérêt à mettre en oeuvre des comportements d’optimisation.

Entrepreneurs et optimistes ont foi dans le pouvoir de l’action, même quand les éléments ne sont pas favorables. L’entrepreneur est, structurellement, un résilient. A un moment donné, c’est quelqu’un qui a dit « non » au statu quo. Beaucoup d’entrepreneurs se lancent, alors qu’une majorité des gens leur dit qu’ils sont fous.

Mais peut-on apprendre ces comportements d’optimisation dont vous parlez ?
On peut identifier certaines contre-indications. Par exemple, le perfectionnisme va de toujours attendre d’être prêt pour se lancer, et finalement repousser sans cesse. On peut aussi apprendre à éviter certaines erreurs techniques : bien bâtir un « business plan », les étapes méthodologiques pour transformer une idée en projet, mieux raconter son idée.

lire la suite…

Manifestations optimistes en vue

BastideVenellesAbordez l’hiver à Aix en Provence sous les couleurs de l’optimisme !

En partenariat avec La Ligue des Optimistes de France, Inesens (inesens-coaching.com/) organise la deuxième édition aixoise du « Dîner des Optimistes » le jeudi 4 décembre 2014 à partir de 19h30 à la Bastide de Venelles (Quartier Roman, rue des Michelons 13770 Venelles)

Laurence Mathieu et Anne Juvanteny, coachs professionnelles, animeront cette rencontre.
Le principe est de réunir des personnes de tous horizons afin de développer ensemble une approche optimiste de la vie et du monde du travail.

Au menu : les dernières bonnes nouvelles du monde, une rencontre avec un entrepreneur optimiste, puis des découvertes et échanges autour des vertus de l’optimisme.

Participation : 35€ par personne incluant cocktail dinatoire, boissons et bonne humeur garantie.
Réservation obligatoire, nombre de places limité.
Renseignements et inscriptions : lmathieu@inesens-coaching.com

lire la suite…

L’optimisme à la radio

Après le grand public et les entreprises, les médias s’intéressent à l’optimisme et à ses vertus.
Trois intervenants de la Ligue des Optimistes de France ont été récemment interviewés à la radio pour défendre les valeurs de l’optimisme :

Philippe Gabilliet répond à Jean Tonelli sur Radio Ethic à l’occasion du Dîner des Optimistes de Monaco (7′ 18) :

Aller sur le site de Radio Ethic : eloge-de-l-optimisme-par-le-professeur-gabilliet

 . lire la suite…

Cultivez et partagez l’optimisme

Cette semaine, coup de projecteur sur 4 initiatives optimistes intéressantes et utiles : Pêche ton bonheur, La part du colibri, Réveillez l’optimisme en vous, Les Ateliers Bonne Humeur.

LouDivine

Pêche ton bonheur

La comédienne Lou Divine propose des shows participatifs autour du rire et du jeu, pour animer des séminaires d’entreprise ou des événements collectifs afin de créer du bien-être, de la convivialité et un climat optimiste.

Lou Divine anime aussi des ateliers pour petits groupes au cours desquels elle fait expérimenter aux participants des jeux autour du théâtre, du rire, de la détente, de la convivialité.
Elle a animé des séminaires pour de nombreuses entreprises et a été remarquée par la télé et la presse.

« Incroyable apparition que celle de la comédienne Lou Divine en ouverture de cette 1ère Nuit de l’Optimisme ! Face à une salle interloquée, décontenancée, puis définitivement conquise, une boule d’énergie sur pattes, toute en couleurs de la tête aux pieds, est sortie de nulle part. Véritable Fée Clochette de la bonne humeur et de la joie de vivre, voici que s’avance sur le devant de la scène une sorte de lutin multicolore. En quelques trop courtes minutes, l’atmosphère a changé. Le climat s’est réchauffé. Les coeurs se sont ouverts. On sait désormais que nous, parfaits inconnus les uns pour les autres jusqu’à cet instant, sommes potentiellement tous amis. Merci Lou Divine ! Trop forte ! »
Philippe Gabilliet, vice-président de la Ligue des Optimistes de France

Découvrez le site de Lou Divine ici : pechetonbonheur.fr/

lire la suite…

« La France, morte ? Il y a peu de pays où il se passe tant de choses »

XavierNielPour Xavier Niel, le fondateur de Free, la France regorge de Bill Gates en puissance. Il revient sur les raisons de son investissement dans la halle Freyssinet à Paris qui accueillera un millier de start-up.
Propos recueillis pour Le Parisien par Olivier Baccuzat et Daniel Rosenweg

Ce sera la plus grosse pépinière de start-up au monde. Xavier Niel, patron d’Iliad, la maison mère de Free, a lancé hier, en présence de François Hollande, les travaux de rénovation de la halle Freyssinet, dans le XII e arrondissement de Paris. Un projet dans lequel il va investir « environ 200 M€ », la Caisse des dépôts participant entre 5 % et 10 %. 30 000 m2 de locaux seront réaménagés par l’architecte Jean-Michel Wilmotte.

– Comment vous est venue l’idée de cet endroit qui accueillera 1 000 start-up ?
– Xavier Niel : Depuis longtemps je cherchais un endroit à Paris pour créer un gros incubateur (NDLR : une structure d’accompagnement de jeunes sociétés) de start-up. Quand je voyage, je m’aperçois que dans le monde entier, dans les entreprises de nouvelles technologies, vous avez toujours des Français. On les forme bien, ils sont géniaux, font des trucs fantastiques, sont réputés dans le monde entier… La Silicon Valley les fait rêver, mais c’est le pire endroit du monde pour créer son entreprise : la concurrence y est terrible. Il y a des incubateurs en France qui marchent bien, mais il fallait un lieu emblématique. C’est pour cela que nous avons choisi cet ancien bâtiment de la SNCF qui accueillera le plus gros incubateur du monde.

lire la suite…

Échec ou étape ?

Chaque-foisParfois, des choses que vous souhaitez vraiment voir arriver dans votre vie ne se réalisent pas, à cause d’obstacles, de contretemps, de loupés…

Deux façons de réagir s’offrent à vous :

– Soit vous le vivez comme un échec, vous vous dites que ce n’est pas juste, que c’est toujours pareil et que vous n’avez pas de chance… (méthode Caliméro, victimisation, colère, abattement)

– Soit vous lâchez prise, vous vous dites que quelque chose de meilleur vous attend et que ce n’est qu’une question de patience et de persévérance. Vous continuez à avancer, à agir et… de nouvelles opportunités se présentent dans votre vie.
Vous vous dites que ce n’était pas un échec, mais une étape dans votre cheminement.

lire la suite…

Bienvenue sur le site de la Ligue des Optimistes de France.

La Ligue des Optimistes de France est une association qui s’est donné pour mission de promouvoir l’optimisme et l’enthousiasme dans tous les domaines de la vie, privée ou publique, économique, culturelle ou sociale.

L’optimisme est une attitude mentale qui aide à appréhender la vie d’une manière positive et active, autour de quelques convictions fondamentales :

– Le monde à venir est fait avant tout de possibles favorables et d’opportunités à saisir

– Face à tout problème, l’intelligence créatrice des hommes trouvera toujours une solution

– En toutes circonstances, l’utilisation de nos forces ouvre davantage de possibilités que la lutte contre nos faiblesses

– Face à l’inconnu, on a toujours le contrôle sur quelque chose, ne serait-ce que sur nos propres pensées

Si vous partagez ces valeurs, rejoignez-nous.

France Roque, présidente

Abonnez-vous à la Lettr'Optimiste

Recevez périodiquement un message optimiste dans votre boîte mail :
* = Champ requis

Propulsé par MailChimp!

Billet plus anciens

Retrouvez-nous sur Facebook

Contact

Vous pouvez nous adresser un mail à : info@liguedesoptimistes.fr
Nous vous répondrons dès que possible.

Soutien

Si vous aimez ce blog, merci de le soutenir par un don, même modeste.

s2Member®