Les derniers billets publiés sur le blog

Xavier Niel lutte contre le french bashing

XNielArrêtons de dire que la France est un enfer pour les créateurs d'entreprise. Bien au contraire, c'est un... paradis, martèle le patron de Free. Interview par Challenges.

Pourquoi êtes-vous si optimiste pour la France ?
D'abord parce que je suis né en France, et que je suis un peu immodestement l'exemple vivant qu'il est possible de partir de rien, et de réussir professionnellement et financièrement.

Mais au-delà de votre expérience personnelle...
Je constate que mes amis du monde entier rêvent de venir en France parce que l'on a une douceur de vivre inégalable. Ce n'est pas un hasard si nous sommes la première destination touristique alors que parfois c'est vécu comme un élément négatif.
Surtout, nous avons les meilleurs ingénieurs du monde. Des ingénieurs de qualité, à des coûts accessibles, principalement dans les nouvelles technologies. Mieux et moins cher qu'en Californie !
Tous mes amis américains dans l'univers des start-up me disent : "Mon bureau en Europe, je ne vais pas le créer à Londres, mais à Paris !"

N'idéalisez-vous pas un peu trop ?
La réalité, c'est que nous disposons d'un environnement fiscal et administratif qui pousse à la création d'entreprise.
Nulle part ailleurs dans le monde on n'est aidé pour créer son entreprise : c'est le cas en France, où on peut continuer à pouvoir toucher ses allocations chômage pendant qu'on crée son entreprise.
Nulle part ailleurs on ne peut bénéficier d'aides de plusieurs dizaines de milliers d'euros pour fonder son entreprise. Notre environnement fiscal pour la création d'entreprise est plutôt avantageux. lire plus...

Introduction à la psychologie positive

PositiveOn entend souvent parler de psychologie positive, mais de quoi s'agit-il exactement ? Définition d'après un article de Martin Seligman et Mihaly Csikszentmihalyi.

Martin Seligman et Mihaly Csikszentmihalyi sont deux psychologues de renom, célèbres pour leurs travaux sur le bonheur et le bien-être. Ils sont les précurseurs de la psychologie positive, un courant qui s'interroge sur les facteurs qui rendent les gens heureux.
La méthodologie s'éloigne de la psychologie classique puisqu'elle ne se concentre plus sur ce qu'il y a de pathologique chez les sujets mais sur ce qu'il y a de sain en chacun d'eux.
En 2000, les chercheurs Seligman et Csikszentmihalyi publient un des articles fondateurs de la psychologie positive.

La psychologie positive : la pièce manquante à l'étude du comportement humain
La psychologie moderne se penche sur les carences, les faiblesses et les angoisses humaines en cherchant à minimiser ou à éliminer la souffrance psychique.
Seligman et Csikszentmihalyi constatent que depuis la seconde guerre mondiale, la psychologie s'est principalement focalisée sur la réparation d'un dysfonctionnement ou d'un trouble. Cette attention centrée vers ce qui est « pathologique » n'a pas permis, selon eux, de considérer l'individu dans la globalité de ses facettes et de ses capacités.

La psychologie positive fait le pari inverse : elle ne projette pas d'éliminer les sources de tous les traumatismes mais ambitionne de maximaliser les émotions positives en se basant sur les potentialités et les vertus de l'homme. lire plus...

Prix du Livre Optimiste 2016 (3)

Dans ce billet, découvrons les 3 derniers ouvrages sélectionnés pour le Prix du livre Optimiste 2016, qui sera décerné en partenariat avec l'Université Hommes-Entreprises (universitehommesentreprises.com) :

Reussir-sa-vie- « Réussir sa vie au quotidien » de Catherine Salomon (Edilivre)
Qu'est-ce que réussir sa vie au quotidien ?
Comment les femmes conçoivent elles la réussite ? Puisque les hommes et les femmes sont des partenaires dans la vie de tous les jours qu'en est-il de leur réussite respective ? Cet ouvrage invite les hommes et les femmes à investir le concept de réussite. Le lecteur pourra choisir de se positionner, de penser et de réaliser son projet de vie personnalisé afin de mener une vie épanouissante au quotidien.
Orthophoniste, le parcours de Catherine Salomon est riche. Après la naissance de son 3ème enfant, elle doit concilier sa vie privée et sa vie professionnelle. Elle décide de partager son parcours dans son premier ouvrage « Réussir sa vie au quotidien » dans lequel elle invite ses lecteurs à penser et à réaliser un projet de vie sur mesure.

je-veux-croire-au-soleil- « Je veux croire au soleil » de Jacques Sémelin (Les Arènes)
La réalité quotidienne d'un non-voyant est un pays étranger. Quel est son rapport au monde ? À la ville et à la nature, à la nécessité de se déplacer, d'utiliser des écrans tactiles, de traverser les rues, de reconnaître les gens ?
Invité à donner des cours au Québec, l'historien Jacques Semelin nous propose un récit de voyage d'un genre nouveau. À la fois le sien, dans une ville dont il découvre tout, et le nôtre, dans la tête et le corps d'un non-voyant. Son écriture émouvante et souvent drôle entraîne le lecteur dans ce que Borges appelait une expérience sensuelle et esthétique.
Chaque sens (ouïe, odorat, toucher) est sollicité, de même que l'imaginaire pour inventer le réel. Quand on ne voit plus le soleil, il s'agit de croire qu'il existe, et de s'en remettre à la confiance vitale. lire plus...

Prix du Livre Optimiste 2016 (2)

Dans ce billet, découvrons 3 autres ouvrages sélectionnés pour le Prix du livre Optimiste 2016, qui sera décerné en partenariat avec l'Université Hommes-Entreprises (universitehommesentreprises.com) :

Le-pepin-et-les-pepites- « Le pépin et les pépites. Comment faire du burn-out une chance ? » de Nadia Guiny (La Providence)
Le burn-out, un syndrome qui concerne potentiellement 4 millions de salariés.
Ce sujet dactualité est traité ici sous un angle résolument nouveau : comment transformer ce pépin de vie en pépite, cest-à-dire en opportunité, voire en une formidable occasion de transformation.

Récit autobiographique autour du thème « comment être acteur de sa guérison », il devient un guide lorsque les solutions médicales proposées savèrent limitées, inexistantes ou inefficaces.
« Je viens d'avoir 42 ans et je mène ma vie tambour battant. Soudain, la vie bascule. Un burn-out qui prend la forme singulière dune maladie orpheline qui, à son tour, génère un handicap. Puis cest la découverte d'une anomalie dans le cervelet et la survenue d'un accident vasculaire cérébral. Malgré un diagnostic implacable, je me fais le serment de guérir, envers et contre tout. Commence alors un long parcours de soins, qui relève de la résolution d'énigme, avec son cortège d'espoirs déçus mais aussi de belles rencontres, à commencer avec moi-même dont je m'étais imperceptiblement éloignée. Au bout du chemin, la guérison. Mieux encore, la transformation ! La vie est un cadeau. Derrière chaque pépin se cache au moins une pépite. Les crises constituent de formidables occasions de rebondir pour peu qu'on saisisse cette opportunité plutôt que de s'en plaindre. » lire plus...

Prix du Livre Optimiste 2016

Prix-du-livre-OptimistePour combattre le pessimisme ambiant et renforcer l'attitude mentale positive, la Ligue des Optimistes de France a choisi d'encourager une vision positive du monde en créant le Prix du Livre Optimiste.

Le 5ème Prix du Livre Optimiste récompensera l'ouvrage d'un auteur francophone publié au cours de l'année écoulée (2015 - 2016) parmi une dizaine de livres sélectionnés pour leur approche constructive :
- "La Magie du matin" de Isalou Beaudet-Regen (Leduc)
- "Contes à gratter pour découvrir la richesse de la vie" de Malek Boukerchi (Jouvence)
- "Oui, la France est un paradis pour entrepreneurs" de Fabrice Cavaretta (PLON)
- "Heureux comme un français en France" de Yves Deloison (Presses de la Cité)
- "Le pépin et les pépites. Comment faire du burn-out une chance ?" de Nadia Guyni (La Providence)
- "Les entreprises humanistes" de Jacques Lecomte (Les Arènes)
- "Réussir sa vie au quotidien" de Catherine Salomon (Edilivre)
- "Je veux croire au soleil" de Jacques Sémelin (Les Arènes)
- "Du plaisir d'être soi" de Sophie Peters (François Bourin)

Présentation des premiers ouvrages sélectionnés :

La-magie-du-matin- « La Magie du matin » de Isalou Beaudet-Regen (Leduc)
Révolutionnez votre vie en vous levant simplement une heure plus tôt !
Faites-vous partie de ceux qui se disent : « Je n'ai jamais assez de temps pour moi » en rêvant d'une 25ème heure ?
Isalou Beaudet-Regen vous propose la solution miracle avec un geste simple : avancer son réveil d'une heure et retrouver un vrai temps pour soi. Cet espace libéré permet de retrouver sa véritable motivation : que ce soit de faire du sport, de se poser, d'apprendre à méditer, se cultiver... C'est aussi le moment pour formuler clairement ses désirs et réaliser enfin les petits et grands projets qui nous tiennent à coeur.
Témoignages, interviews, enquête, outils, méthodes, astuces... Vous trouverez dans La Magie du matin tous les ingrédients nécessaires pour vous transformer en « morningophile » :
- Toutes les clés pour enclencher cette nouvelle habitude,
- Des programmes de routines matinales adaptés pour chacun : salariés, auto-entrepreneurs, étudiants, seniors, jeunes mamans...
- De nombreuses interviews de personnalités qui se lèvent tôt : Christophe André, Michel Cymes, Chantal Jouanno, Christine Lewicki... lire plus...

6 bonnes raisons de relayer les bonnes nouvelles

GoodNewsVous le savez, la surabondance de dépêches négatives oriente subrepticement notre état mental vers le pessimisme. Pourtant, chaque jour, nous nous laissons aller à lire ces dizaines "d'informations catastrophes".
Les bonnes nouvelles marchent et les mauvaises courent. Changeons ça !

1. Rééquilibrer l'information
Parcourez votre média préféré et constatez : les informations négatives sont bien plus nombreuses. Relayer les informations positives autour de soi, c'est ré-équilibrer les faits. Car statistiquement les bonnes nouvelles sont plus nombreuses.
Partagez-le meilleur et contrecarrez les conséquences néfastes d'un surplus de négatif dans les médias.

2. Prouver que l'information positive peut être prise au sérieux
L'amalgame information positive = légèreté est souvent fait. Pourtant, les bonnes nouvelles dépassent le cadre du simple divertissement. Citons par exemple le domaine de la santé, de la recherche, de l'innovation.
Dans tous les domaines, des progrès et des découvertes sont faits chaque jour. L'optimisme peut être de rigueur.

3. Donner de la visibilité aux bonnes causes
Une multitude de gens se regroupent, forment des collectifs, des associations, montent des projets, sauvent des vies, répandent amour et bonne humeur... Beaucoup agissent en silence et dans l'ombre.
Notre rôle n'est-il pas alors de rendre hommage à ces initiatives afin d'encourager les générations d'aujourd'hui et de demain à suivre le mouvement ?

4. Relativiser les événements
Les médias négatifs et les images violentes ont un impact indéniable sur notre moral. L'information est souvent diffusée brutalement et pollue inconsciemment notre mental.
L'actualité positive favorise le travail de relativisation. Cela permet de resituer un événement "catastrophique" parmi d'autres positifs et ainsi de le remettre à un juste niveau. L'information négative joue sur l'émotionnel, plus vous parlerez des problèmes, moins vous trouverez de solutions.

5. Etre source d'inspiration
En donnant l'exemple, les bonnes nouvelles incitent le lecteur à capitaliser sur ses propres ressources afin d'être acteur du changement. L'information positive permet d'ouvrir le chemin des possibles.
Là où l'information négative envoie le message « tout est perdu », l'information positive envoie celui de « tout est possible ». lire plus...

Médias et informations négatives : une vision déformée du monde

MediasEn plus des médias classiques - journaux ou télévision - le web est un puissant diffuseur de mauvaises nouvelles que nous partageons en un clic avec nos amis, parfois avec la fierté de leur apprendre ce qu'ils ignoraient encore.
Aussi, éprouvons-nous un malin plaisir à détenir en avant-première le fait divers du jour et à en être le rapporteur auprès des autres. Dans cet univers ultra connecté, la propagation de la négativité via les canaux d'informations va bon train. Analyse.

Le malheur fait vendre
Les médias l'ont bien compris : pour vendre et faire de l'audimat, il faut toucher là où ça fait mal !
En jouant sur la corde sensible, on accroche et on captive.
Cette corde, ce sont toutes les émotions négatives ancestrales qui façonnent l'instinct de survie humain : si je suis au courant, je peux me protéger si cela m'arrive. Ainsi, on lit cette information qui joue sur notre peur qui réveille bien des réflexes tels que la fuite, l'abandon, la révolte, le désespoir.

La course au buzz et au sensationnalisme a encore de beaux jours devant elle
Le « croustillant », le sordide et le macabre restent appétissants pour le plus grand nombre d'entre nous. En cause ? Notre sempiternel attrait pour le glauque et le hard qui nous fait tanguer entre deux émois antagonistes :

  • la souffrance et l'indignation pour la misère d'autrui qui s'opposent à
  • la satisfaction et à la joie de ne pas être dans cette situation. Nous sommes rassurés d'être finalement « mieux loti » que notre prochain.

lire plus...

Université Hommes-Entreprises les 25 et 26 août 2016

L'Université Hommes-Entreprises est devenue un évènement incontournable de la rentrée, rassemblant fin août, sur le superbe site du chateau Smith Haut Lafitte à Martillac en Gironde, plus de 600 décideurs, issus de plus de 150 entreprises, collectivités, associations professionnelles et grandes écoles, pour réfléchir ensemble aux grands défis de notre époque.
Le but de cette Université est de rappeler que valoriser le capital humain, c'est valoriser l'entreprise.

Le thème de l'édition 2016 : « Acteur du changement, maître de son destin »

« Je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme » écrivait en 1875 l'écrivain britannique William Henley.
Ce poème, « Invictus » a été immortalisé à l'écran par le beau film de Clint Eastwood, inspirant Nelson Mandela durant ses 27 longues années de captivité dans les geôles sud-africaines, et qui lui a permis de transformer radicalement son pays, l'Afrique du Sud.

Ce que les spectateurs du film ne savent probablement pas, c'est l'origine du poème : Wiliam Henley a écrit ce texte sur son lit d'hôpital, à la suite d'une amputation du pied.
Henley et Nelson Mandela nous font tous les deux prendre conscience que l'adversité nous touche tous de façon imprévisible  et qu'il ne tient qu'à nous de relever le défi, aussi difficile soit-il.

Cette année, l'Université Hommes-Entreprises va donc poser la question du destin, à la fois sur le plan personnel, de l'entreprise et de la nation. C'est pourquoi le thème de cette 22ème Université Hommes-Entreprises sera : « Acteur du changement, maître de son destin », les jeudi 25 et vendredi 26 août 2016 au château Smith Haut Lafitte, près de Bordeaux. lire plus...

Il y a tant dans le monde pour chacun de nous…

Fleurs"Il y a tant dans le monde pour chacun de nous, si seulement nous avons des yeux pour voir, un cœur pour aimer et les mains pour accueillir ce qui s'offre à nous."
Lucy Maud Montgomery

Devant les événements qui vous semblent difficiles, apprenez à vous détacher, à prendre du recul ; au lieu de vous y plonger, mettez-les en perspective : prenez conscience de ce qui vous entoure, de l'espace qui reste pour y être heureux.

Observez ce qui est positif autour de vous:
- L'eau de la douche qui coule sur votre corps et vous réveille doucement le matin ou vous nettoie de la fatigue de la journée,
- La chaleur de votre lit en vous couchant ou en vous réveillant,
- Les odeurs et saveurs de votre petit-déjeuner,
- Votre chanson préférée à la radio,
- La grâce du chat qui traverse la rue,
- Le soleil qui perce derrière les nuages ou vous baigne tout entier de sa douceur,
- Le « bonjour » de votre collègue,
- Le vol en formation d'oiseaux haut dans le ciel,
- Les cris joyeux des enfants dans la cour de récréation...

lire plus...

La France a besoin de renouer avec les vertus de l’optimisme

smileyChômage, insécurité, terrorisme, montée des extrémismes... Devant les épreuves auxquelles la France doit faire face, optons pour le camp des optimistes. La différence fondamentale entre les pessimistes et les optimistes est qu'ils n'ont pas le même rapport à l'espace et au temps. Pour les premiers, face à une épreuve, rien n'ira jamais mieux : "C'est foutu, c'est toujours la même chose, à quoi bon ?" Pour les optimistes, si ça ne marche pas aujourd'hui on réessaiera demain, si ce dossier n'avance pas on en ouvrira un autre.

Cette approche optimiste peut paraître provocante. Pourtant, à y regarder de près, elle est la plus raisonnable.Il nous faut donc casser ce cliché que l'optimisme est fait pour quand ça va bien. Dans ce cas, vous pouvez même avoir des états d'âme. C'est face aux difficultés qu'il convient impérativement de mobiliser des énergies positives. Entendons-nous bien. Nous ne sommes pas favorables à un optimisme béat. Ceux qui s'y adonnent sont, à nos yeux, des extrémistes de l'optimisme. Nous ne voyons pas le monde plus beau qu'il n'est.

Nous n'ignorons rien des crises et des galères mais nous ne voulons pas, comme le lapin pris dans les phares, être seulement obsédés par ce qui est moche, triste, effrayant. Nous entendons aussi orienter notre regard vers ce qui est beau, positif, ce qui fonctionne, crée de l'espoir. Nous voulons valoriser les initiatives qui montent chaque jour du terrain, les traceurs, les innovateurs, les entrepreneurs, « les faiseux plus que les diseux » comme le dit Alexandre Jardin. Ceux qui apportent des solutions au lieu de créer des problèmes.

Nous avons constaté depuis longtemps que la défiance, la sinistrose, la morosité ne sont pas favorables à la consommation, l'investissement, l'emploi.
Nous savons aujourd'hui, avec le progrès des recherches sur le cerveau, que le pessimisme n'est pas bon non plus pour notre santé et que nous avons en nous les ressources naturelles pour aller bien. Cela nous invite à fuir les émotions négatives, la tristesse, la culpabilité, la peur, à ne pas nous enfermer dans les trois grands travers humains, très en vogue en France, que sont l'exagération des risques et des souffrances, la victimisation, la recherche de boucs émissaires. Cela n'est pas toujours la faute des autres ou au "pas de bol". Il n'y a pas de chance, seulement du rythme. Ceux qui ont prétendument de la chance prennent simplement plus d'initiatives que les autres, libèrent de l'énergie, trouvent plus facilement l'âme sœur, le job ou l'appartement. La montée d'adrénaline comme un signal peut être salutaire. Cela n'est pas pour rien que cette hormone est qualifiée d'hormone de la fuite ou de la lutte. Dans notre cerveau reptilien, il y a le souvenir de l'homme des cavernes qui, à la moindre alerte, devait décider très vite de faire face ou de s'enfuir. Mais il faut en sortir rapidement faute de quoi c'est la mauvaise humeur ou, pire, la dépression voire l'AVC. Il en est de même pour nos peurs. Elles sont naturelles, nous rassemblent, nous rapprochent de ceux qui sont vraiment dans la difficulté. Néanmoins écoutons ceux qui ont affronté les pires épreuves. Ils ne se livrent pas à la victimisation, ne cherchent pas de boucs émissaires mais se battent pour s'en sortir. Et relativisons en nous demandant ce que valent, le plus souvent, nos contrariétés et nos petites misères. lire plus...

Découvrez la Ligue des Optimistes de France (cliquez ici)

La Ligue des Optimistes de France est une association qui s'est donné pour mission de promouvoir l'optimisme et l'enthousiasme dans tous les domaines de la vie, privée ou publique, économique, culturelle ou sociale. L'optimisme est une attitude mentale qui aide à appréhender la vie d'une manière positive et active, autour de quelques convictions fondamentales :

  • Le monde à venir est fait avant tout de possibles favorables et d'opportunités à saisir
  • Face à tout problème, l'intelligence créatrice des hommes trouvera toujours une solution
  • En toutes circonstances, l'utilisation de nos forces ouvre davantage de possibilités que la lutte contre nos faiblesses
  • Face à l'inconnu, on a toujours le contrôle sur quelque chose, ne serait-ce que sur nos propres pensées.

Si vous partagez ces valeurs, rejoignez-nous.
France Roque, présidente

Déjà adhérent ?
Entrez sur votre site privé :

.


Rejoignez nous sur les réseaux sociaux

s2Member®