Les derniers billets publiés sur le blog

Le défi optimiste ; 21 jours de bonheur

Dans son petit livre «  Le défi optimiste ; 21 jours de bonheur », Rossana Bruzzone nous propose des réflexions autour de l'optimisme et de petits exercices quotidiens à réaliser sur 21 jours. Extraits.

Ce n'est pas vrai que l'on aime les mauvaises nouvelles
Je sais, tu me diras: « Ça ne marchera pas, je suis naturellement porté à chercher les mauvaises nouvelles ».
Pas vrai.
Tu recherches, tout simplement, ce à quoi tu es habitué. Donc, si tu es habitué aux crimes, tu as probablement pris goût à lire à propos de ça: « Qui est l'assassin ? Et les voisins, qu'est-ce qu'ils en pensent ? Combien de sang y avait-il autour de la victime ? » Et tu continues comme ça, jusqu'aux détails les plus macabres.
Comme l'explique bien Frédéric Lenoir dans son livre « La puissance de la joie », nous sommes programmés pour nous défendre, car nos ancêtres étaient menacés par des bêtes sauvages. Mais aujourd'hui, heureusement, nous ne vivons plus cette sorte de menace.
Et donc, si on s'habituait à chercher les bonnes nouvelles ? Non seulement dans les journaux, mais dans notre vie, et dans celle des autres ? Essayons !

.../...

Le mythe du pessimiste-réaliste
« Je ne suis pas pessimiste, je suis réaliste ». Combien de fois as-tu entendu ça ?
Le pessimisme n'est pas du réalisme. C'est du pessimisme. C'est de prévoir le pire scénario, en tout temps.
L'optimisme, ce n'est pas de la naïveté. C'est de l'optimisme. C'est d'optimiser chaque instant de ta vie, de vivre pleinement et au mieux ton quotidien. Et de chercher, dans ta réalité, toutes tes raisons pour être heureux.
C'est quoi, qui te tente le plus ?

.../...

Comment le faire?
Une bonne méthode consiste à tenir un journal où tu recueilleras tes émerveillements quotidiens. Pourquoi ?
C'est simple : en sachant que tu écriras à la fin de ta journée ce qui a été bon pour toi, tu le rechercheras davantage, tu seras plus concentré sur ce qui t'anime, te fait vibrer, ou simplement sur ce qui te donne un sentiment de joie, de paix.
Mais si tu n'es pas en amitié avec la plume, tu pourras aussi envisager des conversations avec un(e) proche ou un(e) ami(e).
Le but c'est de partager. Donc, tu pourras tranquillement te préparer à l'appel ou la rencontre en révisant ce qui s'est bien passé, ce qui t'a émerveillé et touché, et le raconter. Si tu prends le temps de vivre, puis de partager tes émerveillements, tu seras capable de gratitude et de joie. Car chaque instant mérite d'être intensément vécu, compris, et apprécié.

«  Le défi optimiste ; 21 jours de bonheur » par Rossana Bruzzone : www.neigeencouleur.com

Rossana Bruzzone est une auteure et conférencière italienne installée à Montréal. Elle a fondé en 2014 l'entreprise Neige en couleur, dans le but de propager l'optimisme, à travers des ateliers d'écriture et du coaching. Son atelier-conférence "Le défi optimiste en entreprise" s'est révélé un franc succès.
Rossana est l'instigatrice du projet "Montréal 2017, la ville la plus heureuse au monde", appuyé par le mouvement citoyen "Je fais Montréal".

PS : Soutenez notre mouvement en adhérant à Ligue des Optimistes de France (cliquez ici pour voir comment faire) 

La France, un pays qui rayonne !

L'identité française, fondée sur des valeurs communes et sur une culture aussi dynamique que reconnue est en constante mutation, notamment grâce à la communication qui s'intensifie.
Ce trio gagnant participe jour après jour au vivre ensemble.

Liberté, Egalité, Fraternité : la devise tricolore de notre République, et son pendant indissociable, la laïcité, symbolisent notre pays. Reprises sur l'ensemble du globe depuis plus de deux siècles, ces valeurs universelles, fondatrices, révolutionnaires sont encore et toujours d'actualité. Elles rapprochent les Français au quotidien, unis par la fierté de vivre ensemble, notamment dans l'adversité : trois Français sur dix se sentent davantage fiers d'être Français après la marche républicaine de janvier 2015.
De plus, constitutives de l'identité française, elles font ressortir le meilleur de nous-mêmes : les Français ne sont pas des mangeurs de grenouilles râleurs mais des citoyens engagés, adeptes du débat, qui expriment leurs idées en toute liberté.

D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si notre pays regorge de personnalités reconnues à travers le monde !
Du Festival de Cannes à Jean Nouvel en passant par Daft Punk, Marc Lévy, Marion Cotillard ou Jean d'Ormesson, notre pays continue de rayonner au-delà de nos frontières.
Et ce n'est pas tout : notre langue, 2e langue de travail à L'ONU, mais aussi notre art de vivre sont plébiscités partout dans le monde. Le style de la Parisienne ou la gastronomie de nos régions sont enviés jusqu'en Chine !
Il y a décidément de quoi être fier d'être Français ; d'ailleurs 78 % de la population l'est.

lire plus...

« La France va s’en sortir »

Dans « La France va s'en sortir », Dominique Seux appelle à rompre avec le pessimisme qui a envahi la France ces dernières années. Il propose des réformes raisonnables pour inverser la courbe économique du déclin français et rompre avec la morosité ambiante.

Il se dit lui-même « raisonnable » sans pour autant exclure l'audace. Dans son dernier ouvrage, Dominique Seux, directeur délégué des Échos, également connu pour ses chroniques économiques le matin sur France Inter, proclame résolument que La France va s'en sortir. De quoi attiser la curiosité du lecteur, loin des sentiers inlassablement empruntés par les déclinistes - l'auteur consacre d'ailleurs un chapitre aux raisons qui conduisent les Français à broyer du noir.

Plus largement, Dominique Seux dresse un panorama des mutations qui travaillent en profondeur le monde actuel et la France - émergence de nouvelles puissances politiques et économiques, dérives de la finance, crise des classes moyennes face à la mondialisation...

Il rappelle en détail les atouts du pays, sa puissance économique et démographique, la place accordée à la culture ou encore, moins attendu, sa capacité à se réformer... Une France qui se doit aussi d'identifier ses points d'efforts, que Dominique Seux appelle ses « points d'acupuncture » : accélération nécessaire de l'action politique, encouragement de l'initiative privée et publique, baisse des dépenses publiques et travail sur les inégalités spatiales (davantage que sociales)... lire plus...

La ligue des rêveurs de possibles

« Etre optimiste, c'est faire un pari intellectuel et philosophique »

« Je ne suis ni coach, ni psy, ni chercheuse, et je n'ai pas la prétention de vous fournir un rapport exhaustif sur les différentes formes d'optimisme », affirme tout de go Catherine Testa, auteur d'Osez l'optimisme, petit « guide opérationnel » publié en avril chez Michel Lafon.
Elle explique avoir tout plaqué pour créer un projet dédié à l'optimisme. Depuis son lancement en janvier 2016, son site web agrège une communauté de plus de 200.000 personnes sur les réseaux sociaux.
Elle anime maintenant un groupe de « chief happiness officers » pour que les entreprises apprennent à remettre l'humain au centre.

« J'ai eu envie de donner aux citoyens l'envie d'agir, de leur faire savoir qu'ils pouvaient, individuellement, faire bouger les choses. Ou du moins essayer... », dit la jeune femme pour qui cette posture est un apprentissage lié à une décision que l'on prend avec soi-même.
Cette notion de posture est aussi celle utilisée par le porte-parole de la Ligue des optimistes de France, Philippe Gabilliet. Depuis 2010, cette petite structure anime des rencontres avec un succès auquel les fondateurs ne s'attendaient pas.
« Etre optimiste, c'est faire un pari intellectuel et philosophique sur l'optimisation possible de la réalité : la vie est pleine de désagréments, les actualités apportent chaque jour leur lot de mauvaises nouvelles, mais l'optimiste sait qu'on peut arriver à faire mieux avec l'existant. »
Comment ? En suivant ces trois préceptes :

1) Capitaliser sur ce qui va bien et transformer cela en ressource pour mobiliser plus largement.
« Peu nombreux sont les corps sociaux qui, historiquement, se sont mobilisés à partir du pessimisme, en misant sur les impuissances », note ce psychologue social ;

2) Parier sur l'amélioration possible des choses. Comme le souligne Catherine Testa, « l'optimisme ne consiste pas à regarder la vie avec des lunettes roses, il n'est pas le fait de doux rêveurs et ne consiste pas à nier la réalité ». Là où certains veulent y voir du « positivisme », les optimistes rétorquent qu'il ne s'agit que de poser d'autres hypothèses de départ ;

3) Agir, car c'est l'action et le libre arbitre qui mènent le monde. Comme l'analyse Philippe Gabilliet, « l'optimisme est un ancêtre de l'existentialisme. En digne héritier de Leibniz, il parie sur l'intelligence, la créativité et la liberté. Si on anticipe le meilleur, on affirme une vraie foi dans le pouvoir d'action des gens, car c'est en faisant qu'on a le pouvoir de changer le monde ».

Faut-il pour autant opposer optimiste et pessimisme ? « Non ! Loin de s'opposer, ils incarnent deux façons d'aborder le réel : le pessimisme d'action permet aussi d'accomplir nombre de choses », rappelle Philippe Gabilliet en citant Beaumarchais qui, au XVIIIe siècle, résumait ainsi le concept de plan B : « Je préfère craindre sans raison que m'exposer sans précaution. »
De fait, certains aiment jouer sur les deux volets en insistant sur « la nécessaire alliance du pessimisme de l'intelligence et de l'optimisme de la volonté » formulée par l'intellectuel marxiste Antonio Gramsci. Cette vision de la vie, appliquée à l'échelle de la société, se traduit par exemple dans la rédaction du programme Les Jours heureux, publié par le Conseil national de la Résistance. « Nous sommes encore dans la tragédie mais on se tourne alors vers les forces de vie », commente le philosophe Patrick Viveret. Cultiver la joie est, selon lui, un enjeu émotionnel et sociétal. Nombreux sont les optimistes, d'ailleurs, à citer le moine bouddhiste Mathieu Ricard pour qui « il est trop tard pour être pessimiste ».

Mathieu Baudin, cofondateur de l'Institut des futurs souhaitables, est l'un de ceux qui ont fait leur cette formule. « Dans la crise que nous vivons, essayez donc le pessimisme ! » ironise-t-il en précisant que l'optimisme, à ses yeux, doit être conçu comme un souffle plus qu'une fin en soi. De quoi aborder le monde autrement qu'avec des scénarios noirs, de la peur ou le simple désir de nouveauté : « Un scénario d'avenir souhaitable ne repose pas sur la peur et n'extrapole pas sur un dégoût, il mise sur l'espoir et prépare l'avenir plus qu'il ne le prédit en partant des signaux faibles qui prouvent que le monde se réinvente avec une énergie fabuleuse. »
Pour preuve, les « conspirateurs positifs » se perçoivent comme des rêveurs de possibles. Une posture qui n'est pas sans rappeler celle développée par le sociologue allemand Peter Wagner dans Sauver le progrès en 2016. Cet auteur défend une vision désirable de l'avenir où la croissance n'est plus mesurée par le PIB, mais par des indices de développement humain qui abordent la notion de richesse sous un angle plus ouvert et l'étendent à des aspects plus larges de notre quotidien (revenus, espérance de vie, éducation, culture, environnement).
Le progrès, dans son analyse, repose sur une volonté d'autonomie collective et de démocratie renouvelée...
Dans ces conditions, le meilleur serait à venir. On en rêve, non ?

Anne-Sophie Novel dans « Le 1 » du 27 juin 2017

PS : Soutenez notre mouvement en adhérant à Ligue des Optimistes de France (cliquez ici pour voir comment faire) 

23eme Université Hommes-Entreprises 24-25 août 2017

L'Université Hommes-Entreprises est devenue un évènement incontournable de la rentrée, rassemblant fin août, sur le superbe site du chateau Smith Haut-Lafitte à Martillac en Gironde, plus de 600 décideurs, issus de plus de 150 entreprises, collectivités, associations professionnelles et grandes écoles, pour réfléchir ensemble aux grands défis de notre époque.
Le but de cette Université d'été est de rappeler que valoriser le capital humain, c'est valoriser l'entreprise.

Le thème de l'édition 2017 : « Le pouvoir »
Le pouvoir, en particulier en politique et dans l'entreprise, exerce une véritable fascination parce qu'il engendre la puissance. Comment s'exerce le pouvoir dans l'entreprise ? quelles sont les relations entre les médias et le pouvoir politique ? quels sont les nouveaux pouvoirs de la société ?
Ce sont les questions qui seront abordées durant la 23ème Université Hommes-Entreprises qui aura lieu les jeudi 24 et vendredi 25 août 2017 au Chateau Smith Haut-Lafitte, près de Bordeaux.

Jeudi 24 août :
9h00 Ouverture 23ème Université Hommes-Entreprises
9h30 Christian MONJOU : Pouvoir, autorité et légitimité
10h40 Pause
11h00 Raphaël ENTHOVEN : Le pouvoir
12h15 Cocktail déjeunatoire
13h50 Patrick POIVRE D'ARVOR : Pouvoir des médias & pouvoir politique
15h00 Claire LY : Revenue de l'enfer : le pouvoir de la renaissance
16h10 Pause
16h30 Ladji DIALLO : Du pouvoir de la haine à celui de l'amour
18h00 Apéritif
20h00 Dîner (sur réservation) lire plus...

Quelques citations positives…

« L'optimisme est la foi qui mène à la réalisation. Rien ne peut se faire sans l'espoir et la confiance »
Helen Keller

« Je suis déterminée à rester toujours joyeuse quelle que soit la situation dans laquelle je me trouve, car l'expérience m'a appris qu'une grande part de notre bonheur et de nos misères dépend de notre tempérament et non pas des circonstances »
Martha Washington

« Les problèmes du monde ne peuvent être résolus par des sceptiques ou des cyniques dont les horizons se limitent aux réalités évidentes. Nous avons besoin d'hommes capables d'imaginer ce qui n'a jamais existé. »
John F. Kennedy

« La plus grande découverte de notre génération a été de s'apercevoir que l'être humain peut changer sa vie juste en modifiant sa façon de penser »
William James

« Rien n'est plus facile que de critiquer. La difficulté réside à convertir un point de vue négatif en positif. »
Patrick Leroux

« Les temps sont mauvais, les temps sont difficiles, voilà ce que disent les gens... Vivons bien, et les temps seront bons ! C'est nous qui sommes les temps ! Tels nous sommes, tels sont les temps »
Saint Augustin (354-430)

 

Psychologie positive : le retour du New Age ?

Née aux Etats-Unis, cette nouvelle philosophie de la vie conquiert la France. Une manière de forger soi-même son propre bonheur tout à fait dans l'air du temps.

Une vision post baba cool
Dans les années 1970, bien avant la crise économique, le chômage et la montée de l'individualisme, une bande de joyeux allumés en quête de spiritualité prônaient le rejet de la société de consommation. Leur programme: changer les consciences pour changer le monde. S'ils se sont bien amusés, ils ont un peu raté leur coup. La société est devenue hyper matérialiste. Quarante ans plus tard, le bling bling s'est écroulé à grand fracas. L'argent, la gloire on a compris que ce n'était pas pour tout le monde et que ce n'était pas ça qui rendait heureux. Retour à la case départ, mais en plus perso cette fois. Revival des idées New Age en moins mystique et foldingue, la psychologie positive s'ancre plus dans le réel et nous aide à construire notre propre bonheur. L'engouement qu'elle suscite est à la hauteur de ses promesses et de nos attentes. Analyse et décryptage avec le docteur Christophe André, psychiatre et Nicolas Marquis, sociologue.

La vie en rose, c'est plus joli qu'en gris
Les Américains sont devenus accros à cette vision de l'existence. C'est l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein.Les gens heureux le voient à moitié plein.Les autres doivent apprendre à changer de perspective. Inventée par Martin Seligman, président de l'Association américaine de psychologie, en 1998, la psychologie positive s'est donnée pour mission de « tenter d'améliorer la vie de tous les individus ». Un discours qui tombe à pic. La vague est en train de gagner la France. Comment ne pas se laisser porter par un courant qui s'intéresse à tout ce qui va ou pourrait aller bien dans nos existences ? « Aider les gens à être un peu plus heureux qu'ils ne le seraient spontanément, réfléchir avec eux aux efforts qu'ils pourraient accomplir pour mieux profiter de la vie », l'objectif expliqué par Christophe André, ne peut laisser personne insensible. Ce n'est en aucune façon une thérapie à l'usage des éclopés de l'existence mais une sorte de philosophie pratique pour rebooster les plus fragiles psychiquement et un outil de prévention pour tenir le choc face aux alea inévitables de l'existence. Ne pas se laisser plomber pour mieux affronter l'adversité, tel est le mot d'ordre. « Le boulot du bonheur, ce n'est pas d'occulter la face sombre de la vie, mais de permettre de l'affronter », dit encore le psy. Pour voir le monde avec un regard positif plutôt qu'avec un œil dépressif. lire plus...

Des chercheurs décryptent l’optimisme

Notre cerveau serait programmé pour accorder plus d'importance aux bonne nouvelles qu'aux mauvaises. Ce biais expliquerait en partie la cause de certaines psychopathologies.

Lorsqu'on demande à un gros fumeur quel est son risque de mortalité prématurée ou à certaines femmes quel est leur risque de cancer du sein, ces personnes vont avoir tendance à améliorer leurs perspectives futures. En psychologie cognitive, ce processus est appelé le biais d'optimisme. Pour essayer de mieux le comprendre, une équipe de recherche du Laboratoire de neurosciences cognitives de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a mené plusieurs tests sur un groupe de volontaires.

D'après les résultats, publiés par la revue scientifique Nature Human Behaviour, notre cerveau aurait tendance à apprendre de manière asymétrique, en privilégiant les informations positives et en négligeant les négatives. Par conséquence, l'absence ou la surexpression du biais d'optimisme pourrait être en cause dans des psychopathologies comme la dépression ou l'addiction. lire plus...

La couche d’ozone se reconstitue

Les industriels ne produisent pratiquement plus de substances réduisant la couche d'ozone.  Elle retrouvera son niveau initial sur la majeure partie du globe avant 2050. Près de 25 millions de cas de cancer auront été évités.

Le trou dans la couche d'ozone se referme grâce à la mise en œuvre du protocole de Montréal (1987), salué comme « le premier succès majeur face à un problème environnemental mondial ». Cet exemple est d'autant plus intéressant qu'il peut préfigurer ce que pourrait être le succès de la lutte contre le réchauffement climatique, comme l'a souligné récemment Ban Ki-moon, secrétaire général de l'Onu.

UN SUCCÈS UNANIMEMENT RECONNU
La plupart des objectifs industriels visant à restaurer la couche d'ozone ont été réalisés plus rapidement que prévu : on produit et on consomme aujourd'hui très peu de substances destructrices. Mais la restauration est un processus lent, car les substances néfastes mettent longtemps à se dégrader dans l'atmosphère. La couche d'ozone retrouvera son niveau initial sur la majeure partie du globe avant 2050, et un peu plus tard pour l'Antarctique.
La mise en oeuvre du protocole de Montréal a entraîné des bienfaits dans de multiples domaines, en particulier la santé :
- 20,6 millions de cas de cancer de la peau en moins jusqu'en 2060 ;
- 1 à 3 millions de décès par cancer de la peau en moins jusqu'en 2060 ;
- 129 millions de cas de cataractes en moins jusqu'en 2060.

LES RAISONS DU SUCCÈS

1 - Le fruit d'une large coopération
La situation de départ semblait inextricable car les produits réduisant la couche d'ozone paraissaient indispensables, étant utilisés dans la réfrigération, l'air conditionné, les sprays aérosols, les solvants, les transports, etc. Mais la coopération entre scientifiques, diplomates internationaux, industriels et représentants d'ONG a été très fructueuse. La stratégie internationale destinée à reconstituer la couche d'ozone à partir des années 1980 a initié une nouvelle forme de relations que l'on peut qualifier de diplomatie environnementale mondiale. lire plus...

Anti-stress, bienveillance… Comment la pensée positive change votre vie

La quête du bonheur personnel n'a jamais été aussi forte. Adopter la pensée positive permet d'y arriver. Explications et conseils de professionnels.

La pensée positive ne se résume pas à se voiler la face. Il ne s'agit pas non plus d'une méthode abstraite qui promet le bonheur éternel. Au contraire, c'est un véritable mode de vie, venu tout droit des États-Unis, qui permet de changer sa vision du monde, des autres, et de soi-même. Sheryl Sandberg - l'emblématique directrice des opérations chez Facebook - l'évoque d'ailleurs dans son nouveau livre "Plan B", ou comment retrouver des forces face à l'adversité, à paraître fin mai aux Éditions Robert Laffont. Elle y souligne notamment son rôle pour survivre à une douloureuse épreuve, en l'occurrence la mort de son mari, en 2015.

Comment s'y mettre et appliquer la méthode au quotidien pour se faciliter la vie ? Antoine Pelissolo, psychiatre et auteur du livre Retrouver l'espoir : "Abécédaire de la psychiatrie positive" (Éd. Odile Jacob), et Philippe Gabilliet, professeur de psychologie et auteur de "Éloge de l'optimisme : quand les enthousiastes font bouger le monde" (Éd. Saint Simon), délivrent leurs conseils pour penser autrement et nous faire (enfin) voir la vie du bon côté. lire plus...

Découvrez la Ligue des Optimistes de France (cliquez ici)

La Ligue des Optimistes de France est une association qui s'est donné pour mission de promouvoir l'optimisme et l'enthousiasme dans tous les domaines de la vie, privée ou publique, économique, culturelle ou sociale. L'optimisme est une attitude mentale qui aide à appréhender la vie d'une manière positive et active, autour de quelques convictions fondamentales :

  • Le monde à venir est fait avant tout de possibles favorables et d'opportunités à saisir
  • Face à tout problème, l'intelligence créatrice des hommes trouvera toujours une solution
  • En toutes circonstances, l'utilisation de nos forces ouvre davantage de possibilités que la lutte contre nos faiblesses
  • Face à l'inconnu, on a toujours le contrôle sur quelque chose, ne serait-ce que sur nos propres pensées.

Si vous partagez ces valeurs, rejoignez-nous.
France Roque, présidente

Déjà adhérent ?
Entrez sur votre site privé :

.


Rejoignez nous sur les réseaux sociaux

s2Member®