ElogeAudaceÀ une époque où les médias ressassaient à longueur de colonnes le pessimisme et la morosité française, il m'a semblé utile de tenter un Eloge de l'optimisme [1], même si le projet pouvait apparaître comme naïf et fort éloigné des dures réalités socio-économiques de la crise.
Quelques années plus tard, sans doute lassé par trop de discours sur l'ascenseur social en panne, les fatalités du mal-être contemporain ou l'inéluctable inégalité des êtres humains face à la réussite et l'épanouissement de soi, je me suis risqué à un Eloge de la chance [2], suite logique du précédent, au risque d'apparaître comme un chantre de l'opportunisme existentiel et un défenseur de l'individualisme libéral contre la puissance sacrée du collectif.

Dans le fond, derrière ces deux thèmes de l'optimisme et de la chance, c'était d'abord et avant tout de liberté dont il s'agissait. Cette liberté aux multiples visages, qui nous conduit en permanence à faire des choix de vie, à arbitrer entre les possibles, à parier sur un projet ou une relation, à trancher dans le vif, à décider une bonne fois pour toutes et, disons le mot, à oser agir, envers et contre tout.
D'où l'idée de me lancer dans un Eloge de l'audace [3]  l'audace de faire, d'entreprendre, de passer à l'action, de vivre... Serait-elle donc la clé ? Et serait-ce finalement elle qui mérite avant tout d'être louée ? Il y a certes en nos vies un temps pour la réflexion et la maturation. Mais la liberté en elle-même demeure une idée abstraite tant qu'elle ne s'incarne pas dans l'action. On ne change pas sa vie en se contentant d'y réfléchir ou en laissant simplement parvenir à leur pleine maturité l'ensemble des options possibles. On change en osant.

Car « être optimiste », c'est d'abord oser agir en ayant l'audace d'optimiser concrètement ce que nous propose la réalité - ressources et contraintes, forces et handicaps, joies et peines. C'est faire toujours le mieux possible avec ce matériau, tout ce matériau, que l'on appelle la vie réelle.
Tout comme « avoir de la chance », c'est oser agir face à l'événement inattendu et fortuit. Qu'il soit heureux ou malheureux, providentiel ou tragique, c'est avoir l'audace de le transformer en une circonstance favorable...fût-ce contre l'avis général et le conformisme du plus grand nombre. La plus grande des audaces est bien celle du devenir.

L'audace, et en particulier pour les optimistes, c'est avant tout revendiquer de vivre pleinement et intensément, au mieux de ce qu'il était possible de vivre, pour soi-même et pour ceux qui comptent pour nous ; voire même pour ceux qui ne comptent pas vraiment pour nous, mais qui comptent tant pour d'autres.

Mettre de l'audace dans sa vie ne rend pas nécessairement plus heureux ; ni plus malheureux non plus d'ailleurs. Mais plus libre, incontestablement, car plus ouvert aux possibilités du monde. Face à tous les déterminismes, biologiques, historiques, sociaux, l'audace crée les conditions pour nous emmener ailleurs que là où la société, la famille, ou le qu'en-dira-t-on nous attendaient. Mais l'audace, tout comme l'optimisme, demeure un choix, rien qu'un choix, mais en aucun cas une obligation philosophique, encore moins morale. L'audace est une option de vie au milieu de beaucoup d'autres. Et nul ne saurait dénier à quiconque le droit d'y préférer les habits douillets des habitudes, les routes balisées de la routine, ou le confort rassurant de la conformité.
On peut passer sa vie à faire preuve d'audace mais le faire à contretemps ; on peut perdre son énergie et tutoyer l'absurde dans la simple provocation du destin ; on peut se complaire dans l'indécence du risque sans discernement.
A l'inverse, on peut n'avoir été réellement audacieux qu'une ou deux fois au cours d'une existence par ailleurs bien tranquille et avoir ainsi donné sens et forme à l'œuvre modeste d'une vie. Et dans tous les cas de figures, on peut même se payer le luxe d'avoir été heureux, envers et contre tout.

Philippe Gabilliet, 6 novembre 2015
[1] Eloge de l'optimisme. Quand les enthousiastes font bouger le monde, Saint-Simon, 2010.
[2] Eloge de la chance. L'art de prendre sa vie en main, Saint-Simon, 2012
[3] Eloge de l'audace et de la vie romanesque, Saint-Simon, 2015

Eloge de l'audace et de la vie romanesque, par Philippe Gabilliet, Ed. Saint-Simon, publié le 5 novembre 2015.
Voir l'ouvrage sur le site de l'éditeur et lire les 13 premières pages (Sommaire et Prologue) : Cliquez ici
Acheter sur Amazon : Cliquez ici
Acheter sur Fnac : Cliquez ici

PS : Plusieurs événements optimistes sont programmés : à Lyon (La Nuit de l'Entreprise Positive le 5 novembre), Paris (formation "Drôlement créatif" les 12-13 novembre), Bordeaux (dîner des Optimistes le 26 novembre)...
Ces manifestations sont ouvertes à tous. Information et inscription : fr.optimistan.org/?p=4821

PPS : Soutenez notre association : adhérez à Ligue des Optimistes de France (cliquez ici pour voir comment faire)

s2Member®